Panier Vide

ACTUALITÉ SYNDICALE (91)

À la suite du rendez-vous du 18 mai 2017 avec le Directeur général du Cofrac, nous nous étions engagés à faire une enquête indépendante sur le ressenti des biologistes médicaux concernant l’accréditation telle qu’elle se pratique dans nos laboratoires. Notre enquête montre combien les adhérents du SDB jugent l'accrédiation trop lourde et sans lien avec la qualité des soins.

La rumeur se faisait de plus en plus persistante depuis quelques semaines. Elle est en train de se confirmer, Le Monde ayant tracé les grandes lignes des projets de l’exécutif dans un article publié le 12 août dernier : Emmanuel Macron n’a pas renoncé à pourfendre le cadre des professions réglementées et a demandé à Bercy de travailler sur le sujet. Les professions de santé seront-elles « attaquées » à part ou leur sort sera-t-il scellé avec les autres dans le cadre d’une loi-cadre annoncée pour le printemps prochain ? Il est encore trop tôt pour savoir comment cela se passera mais il est quasi certain que la bataille aura lieu. Point de la situation à ce jour.

Lundi 17 juillet 2017 à 11h, le SDB a été reçu avec les autres syndicats de biologistes par le Conseiller spécial de la ministre de la Santé, M. Lionel Collet. Deux autres conseillers appartenant à la DGOS étaient présents. L’objectif de ce premier contact était de mettre sur la table un certain nombre de sujets autour de la place et du rôle du biologiste médical dans la filière de soins.

Tout le monde sait ce qu'est un laboratoire de biologie médicale. En revanche, très peu de patients savent vraiment qui est le biologiste médical, son rôle dans son parcours de soins et sa plus-value médicale. Le SDB lance une nouvelle campagne d'affichage dans les LBM afin de promouvoir l’expertise des biologistes médicaux, leur rôle dans l’accompagnement des patients.

Le SDB s’associe pleinement à l’action des syndicats médicaux pour la défense de l’IRM de la clinique Pasteur de Bergerac.

Le bureau national du SDB, dont les membres ont été élus le 13 juin dernier par le nouveau Conseil d'administration, s'est réuni le 4 juillet. Il est composé de biologistes médicaux qui illustrent la diversité de la profession : pharmaciens ou médecins biologistes, issus de différentes régions françaises, etc. Ses membres ont procédé à la désignation des titulaires des postes à pourvoir et se sont immédiatement mis au travail sur les nombreux sujets à traiter. 

Saisie de documents demandée par le Groupe Cerba : les syndicats de santé disent, dans un communiqué commun, leur indignation face à l'atteinte grossière faite à la liberté syndicale.

Conformément à ses statuts et au terme normal de la précédente mandature, le Syndicat des Biologistes a procédé à l’élection du nouveau conseil d’administration et des membres de son bureau. François Blanchecotte a été réélu à la présidence du syndicat. Les membres du nouveau Bureau ont également été élus. Cette élection réaffirme l’unité et la cohésion du SDB autour des valeurs qui conduisent son action : pragmatisme pour préserver l’exercice libéral et indépendant de la biologie libérale ; fermeté pour lutter contre la financiarisation de la profession.

Mardi 30 mai, à 11 h 00, la société holding Cerba Healthcare, munie d’une ordonnance obtenue de manière non contradictoire, a fait intervenir, de façon simultanée et concertée, des huissiers au siège parisien du Syndicat des biologistes (SDB) mais aussi dans le laboratoire de biologie médicale de son Président, François Blanchecotte, situé à Joué-lès-Tours. Cette action avait pour but de saisir des documents soi-disant destinés à alimenter une future action contentieuse du groupe Cerba contre le Syndicat.

L’ensemble des représentants des biologistes médicaux des secteurs public et privé et des internes en Biologie médicale, félicite dans un communiqué commun, Madame le Professeur Agnès Buzyn, nouvelle ministre des Solidarités et la Santé. Ils appellent Madame la Ministre, le Président de la République ainsi que le Premier ministre à construire un lien de confiance avec la profession. 

Le protocole d’accord prévoit d'intégrer la biologie médicale à des actions de prévention-dépistage. À notre demande, la profession a rencontré l’Assurance maladie, le 4 avril, pour travailler sur ce sujet. Seuls à présenter des dossiers étayés, nous avons exposé, par la voix de Jean-Louis Pons, vice-Président du SDB, deux propositions d’action : l’une sur la détection ciblée de l’hémochromatose HFE-1 (HC), l’autre sur la prévention de la maladie rénale.

Comme nous vous l'avons détaillé dans le numéro 114 de Biologie médicale de ce début d’année, la signature à l’automne 2016 de l’avenant de relance de la CHAB (Commission de hiérarchisation des actes de biologie) et de l’avenant télétransmission a débloqué certains dossiers en attente. La mise en place de SCOR (Scannérisation des ordonnances) en fait partie. Rappel.

Le SDB alerte depuis deux ans le ministère de la Santé et l’Assurance maladie sur la situation instable et dangereuse des laboratoires de biologie médicale privés pratiquant de la biologie délocalisée pour répondre à des besoins de décision thérapeutique urgente. Depuis, la situation est devenue absurde et totalement injuste. Le SDB a donc saisi par courrier le directeur de l’Assurance maladie, Nicolas Revel.

L’objectif de cette démarche est qu’il décrète un moratoire sur les contrôles dans l’attente que les situations de recours à cette biologie soient éclaircies et, a minima, que soit clairement défini ce qu’il faut entendre par « décision thérapeutique urgente ».

Le SDB et tous les autres syndicats libéraux de la profession ont eu rendez-vous le 14 avril à la DGOS pour discuter de trois annexes thématiques d’une future circulaire sur la réforme de biologie médicale destinée aux ARS. C’est celle intitulée « création et restructuration d’un laboratoire de biologie médicale » qui focalise l’opposition entre la DGOS et le SDB, l’administration ayant choisi de promouvoir des interprétations très proches de celles défendues par les groupes financiers. Sur l’article L. 6223-5, la question sera tranchée par le Conseil d’État qui va être saisi pour avis. Explications.

Mardi 21 février, comme les trois autres syndicats représentatifs, nous avions deux rendez-vous avec l’Assurance maladie. L’un, bien peu agréable, pour négocier la modification de la Nomenclature afin de ne pas dépasser l’enveloppe définie par le protocole d’accord. L’autre, à la demande du SDB, pour relancer les actions de maîtrise des volumes, une démarche indispensable pour sortir de façon pérenne de la seule logique de régulation par les tarifs. 

AGENDA SDB
08

08/12 - Réunion du conseil de gestion ANDPC


08

08/12 - Assemblée plénière UNPS


07

07/12 - Réunion téléphonique SFIL sur la mise en oeuvre du RGDP


Tous les événements

petties annonces