Panier Vide

Communiqués de Presse (76)

Contact presse : LauMa communication Laurent Mignon 

Tél : 01 73 03 05 20

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Paris, le 1er mars 2016 - Face au refus des Pouvoirs publics d’analyser avec lucidité et responsabilité les risques encourus par les laboratoires de biologie médicale pour faire face au manque de moyens du Cofrac, le SDB réaffirme son refus d’une accréditation à deux vitesses et sa détermination à faire en sorte qu’aucun laboratoire de biologie médicale ne soit condamné à fermer le 1er novembre 2016. S’il le faut, tous les moyens, y compris judiciaires, seront utilisés. 

Paris, le 29 février 2016 – Longtemps attendus, objets de nombreuses propositions d’amélioration de la part du Syndicat des biologistes (SDB) et de la profession, les derniers décrets d’application de la loi sur la biologie médicale sont enfin sortis. Et comme le soulignait le SDB dès le lendemain de leur publication, trop peu de remarques de la profession ont été prises en considération, en particulier pour le décret 016-46 du 26 janvier 2016 relatif à la biologie médicale. Ainsi, certaines mesures dangereuses pour la profession, dénoncées par le SDB depuis plusieurs mois, n’ont pas été modifiées.

Le SDB, en lien étroit avec le SLBC (Syndicat des laboratoires de biologie clinique), a donc décidé de déposer un recours devant la juridiction compétente contre les deux mesures les plus inquiétantes : celle relative au danger imminent et celle relative à la possibilité pour les ARS de remettre en cause les droits acquis de SEL ayant valablement ouvert des sites.

Paris, le 23 septembre 2015 - Incompétence, incohérence ou malveillance ? Impossible de le savoir mais le résultat est là : alors que le texte avait fait l’objet de consultations ministérielles ayant abouti à une version consensuelle, le décret n°2015-1152 relatif aux conditions et aux modalités d’exercice des biologistes médicaux et portant création de la Commission nationale de biologie médicale (CNBM), est paru vendredi 18 septembre. Il comporte des modifications inacceptables qui portent grandement atteinte aux biologistes médicaux et ce, en complète contradiction avec la loi sur la biologie médicale de 2013. Le SDB demande au ministère de revoir sa copie dans les deux mois sous peine d’attaquer le texte devant les juridictions administratives

Holding de sociétés exploitant des laboratoires de biologie médicale, la Société Anonyme LABCO est sur le point de réaliser son entrée en Bourse sur Euronext Paris. Depuis des mois, les Pouvoirs publics, les professionnels du secteur de la biologie médicale et les analystes financiers examinent avec la plus vive attention ce projet d'IPO (« Initial Public Offering »).

La société Labco prépare activement son introduction en bourse. Le SDB vient d'écrire à l'Autorité des marchés financiers (AMF) pour lui signaler que cette opération ne lui paraissait « ni compatible avec le droit en vigueur ni opportune ». Le SDB souligne dans son courrier qu'il lui paraît indispensable « que les autorités boursières, la presse spécialisée et les éventuels souscripteurs soient pleinement informés des tenants et des aboutissants de cette opération », sachant que « le Code de la santé publique est incompatible avec l'entrée en bourse d'une société détentrice de participations dans de nombreuses sociétés exploitant des laboratoires de biologie médicale ». Une opération qui, pour le SDB, illustre parfaitement les dangers de la vision « industrielle » et « financière » de la biologie médicale.

Paris, le 20 avril 2015 - Dans son ordonnance du 15 avril, le juge des référés du Conseil d'état considère qu'il n'y a aucune urgence à suspendre le décret du 23 février 2015 fixant au 30 avril 2015 la date butoir du dépôt des dossiers d'accréditation. Le SDB estime, qu'en raison des arguments utilisés pour justifier le rejet de sa demande de référé, son objectif est atteint ! En effet, le Conseil d'état explique clairement que les biologistes n'ont aucune sanction à craindre pour la suite du processus d'accréditation en cas d'éventuelle impossibilité de respecter les dates du 30 avril et du 30 juillet 2015.

Que ce soient les chiffres de l'Assurance maladie ou ceux collectés par sondage par le SDB, les chiffres d'activité des laboratoires montrent un fort ralentissement en ce début 2015, avec un recul de près de 12 % de leur chiffre d'affaires remboursé en janvier (données brutes du Sniram). En conséquence, le SDB a renouvelé sa demande de rendez-vous avec le Directeur de l'Assurance maladie et ce, par courrier la semaine dernière et de vive voix cette semaine. 

L''augmentation trop importante des volumes entraîne une nouvelle diminution des tarifs
 

Communiqué communParis, le 30 janvier 2015 – L'évolution des volumes d'examens de biologie médicale constatée  en 2014 (+2,9 %) et le prévisionnel d'augmentation des volumes pour 2015 (+3,15 %) conduisent l'Assurance maladie à prévoir des mesures afin de rester dans le cadre de l'enveloppe prévue par l'accord triennal. Des baisses de tarifs d'un montant total de 62,8 millions d'euros sont donc prévues pour la période courant du 15 avril 2015 au 15 avril 2016.
Seul point « positif », cette baisse aurait dû être de 90 millions d'euros en année pleine si l'augmentation des volumes avait conservé le même rythme que les années précédentes. Les statistiques de l'Assurance maladie montrent que cette inflexion des volumes est directement liée à l'entrée en vigueur du protocole triennal et de la maîtrise médicalisée mise en place (en particulier sur le dosage de la vitamine D).
Les syndicats signataires de la convention appellent donc la profession à poursuivre les efforts de maîtrise des volumes. En effet, sans augmentation importante des volumes en 2014, il n'y aurait pas eu besoin de mesures correctives en 2015. En outre, parvenir à les maîtriser, c'est prouver la viabilité d'une maîtrise médicalisée des dépenses en biologie médicale, préalable incontournable pour faire avancer positivement d'autres dossiers indispensables pour l'avenir de la profession.