Panier Vide

Communiqués de Presse (84)

Contact presse : François Blanchecotte, Président du SDB

Tel. : 06 08 89 61 02 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Paris, le 9 décembre 2019 - Les 4 syndicats représentatifs des biologistes - SDB, SNMB, SLBC, SJBM - ainsi que la FNSIP-BM et l’APBM sont aujourd’hui contraints de faire ce constat : en l’absence de tout signe du gouvernement, la négociation avec l’Assurance maladie ne peut pas reprendre, faute de nouvelles propositions à mettre sur la table. Or en l’absence d’accord, la profession ne dispose plus d’outil de régulation conventionnel et devra terminer son activité le 25 décembre pour ne pas dépasser l’enveloppe des dépenses qui lui a été allouée pour 2019. Est-ce là l’objectif du Gouvernement ?

Paris, le 1er décembre 2019 - Les 4 syndicats de biologistes - SDB, SNMB, SLBC, SJBM - et l’APBM tirent de nouveau la sonnette d’alarme : rien n’est résolu pour l’avenir de la biologie médicale. La fin de l’année approche et aucun protocole d'accord pour la biologie n’a pour l’instant pu être signé. Aucun signe des pouvoirs publics n’est venu conforter leur volonté de préserver l’offre de soin de proximité ni les possibilités d’innovation en santé publique générées par les données biologiques des patients.

À partir des données communiquées par le Cofrac lors de la réunion du 7 juin 2019 en présence de tous les syndicats, son Directeur Général a affirmé qu’il n’aura pas les moyens de délivrer une accréditation à 100% des LBM privés et publics avant un délai qui est estimé entre 26 et 42 mois.

Une grève amplement suivie

Cette grève totale de 3 jours du 22 au 24 octobre faisait suite à notre fermeture partielle en septembre a été un succès total puisque plus de 93% des laboratoires de biologie étaient en grève. Certains d’entre eux, bien que grévistes, ont dû ouvrir tout ou partie de la journée, du fait qu’ils ont été réquisitionnés par certains Préfets à la demande des Agences régionales de santé (ARS). Un nombre important de ces réquisitions sont arrivées la veille au soir du premier jour de grève, entrainant à la fois des difficultés d’organisation au sein des laboratoires, et l’inutilité d’exercer un recours contre celles-ci du fait des délais pour obtenir un jugement. Toutefois, il a été possible de les faire annuler, pour une grande partie, lorsqu’elles sont arrivées plus de 48 heures avant le début de la grève.

Ni le succès de la grève partielle du 23 septembre au 1er octobre (95% de laboratoires de biologie médicale fermés sur le territoire et plus de 300 000 signatures de la pétition), ni les réunions du 1er et 17 octobre entre les représentants des biologistes médicaux et la CNAM n’ont permis des avancées significatives.

Les biologistes demandent à l’Assurance Maladie de leur allouer des moyens financiers pérennes sur la base de la progression autorisée par l'objectif national des dépenses d'assurance maladie (ONDAM) afin de leur permettre de maintenir la même offre et qualité de soins pour leurs 500 000 patients quotidiens.

Les 4 syndicats de biologistes -SDB, SNMB, SLBC, SJBM et l’Association pour le Progrès de la Biologie Médicale unissent leurs voix et dénoncent l’annonce d’une baisse de 170 millions d’euros du financement de la biologie médicale en France et les risques majeurs que cela peut engendrer sur les laboratoires de biologie médicale et le suivi médical de la population.

Le 10 Septembre 2019 - Le lundi 2 septembre au CHU de Poitiers, Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé Agnès BUZYN avait proposé la mise en place d’automates permettant la réalisation d’examens de biologie délocalisés ou « hors les murs » dans les cabinets médicaux ou centres de santé et ce, dans l’objectif d’améliorer la gestion des soins non programmés et désengorger ainsi les services d’urgences. Ces mesures s’inscrivent dans le pacte de refondation des urgences à hauteur de 754 millions d’euros, proposé hier.

Les représentants de biologie médicale – internes, biologistes hospitaliers et libéraux – lui répondent « CHICHE » !