Panier Vide

Communiqués de Presse (96)

Contact presse : François Blanchecotte, Président du SDB

Tel. : 06 08 89 61 02 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En relation avec la Fédération Nationale des Infirmiers et le Syndicat des Biologistes, le Rotary Club, fidèle à sa devise officielle « Service above Self » « Servir d’abord » lance un appel à ses adhérents.

Dans certaines régions particulièrement touchées, les services d’urgence sont débordés et les capacités diagnostiques des laboratoires de biologie médicale hospitaliers sont de fait saturées.

Face à l’existence d’un besoin non couvert dans le champ du diagnostic biologique du coronavirus COVID-19 (Sars-CoV-2), les pouvoirs publics ont émis depuis début mars différents avis, recommandations et arrêtés afin de préciser les techniques et conditions de mise en œuvre du diagnostic in vitro du Sars-CoV-2.

 Dans ce contexte, de nombreux laboratoires de biologie médicale de ville proposent de s’équiper des automates nécessaires pour venir en renfort de leurs collègues hospitaliers. Or, l’exercice étant soumis à autorisation de l’Agence régionale de santé (ARS), nous constatons que dans plusieurs régions, cette autorisation est refusée malgré, parfois, les demandes des hôpitaux du territoire.

Le SDB signe aujourd’hui sans hésitation l’accord triennal avec l’Assurance maladie sur les dépenses de biologie médicale pour les trois prochaines années (2020-2022). Le SDB a le sentiment que ce texte est aujourd’hui le meilleur texte qu’il était possible d’obtenir après des négociations dures et une mobilisation de la profession à l’automne 2019 qui ont permis de sortir d’une situation de départ totalement inacceptable.

Toutefois, le SDB estime que l’accord trouvé avec l’Assurance maladie oblige les biologistes médicaux et leurs laboratoires de biologie médicale à prendre à leur charge une part encore trop importante de l’augmentation inéluctable des besoins de la population en examens de biologie médicale.

Enfin, compte tenu de la crise du coronavirus Covid-19, le SDB a demandé et obtenu de Nicolas Revel, Directeur général de la Cnam, le principe d’un éventuel report de ces mesures d’économies et de baisses de tarifs en cas d’effondrement de l’activité des laboratoires de biologie médicale.

Contrairement à certaines rumeurs ou informations diffusées, toutes les dispositions n’ont pas encore été prises par les autorités sanitaires pour permettre aux laboratoires médicaux de ville de procéder aux tests diagnostics du Coronavirus Covid-19 dans des conditions de sécurité acceptables pour les patients et le personnel.

En attendant, le meilleur appui que les biologistes médicaux de ville peuvent apporter à notre système de santé en cette période de crise grave est de préserver les meilleures conditions de prise en charge des 500 000 patients qui viennent tous les jours dans leurs laboratoires privés.

Paris, le 9 décembre 2019 - Les 4 syndicats représentatifs des biologistes - SDB, SNMB, SLBC, SJBM - ainsi que la FNSIP-BM et l’APBM sont aujourd’hui contraints de faire ce constat : en l’absence de tout signe du gouvernement, la négociation avec l’Assurance maladie ne peut pas reprendre, faute de nouvelles propositions à mettre sur la table. Or en l’absence d’accord, la profession ne dispose plus d’outil de régulation conventionnel et devra terminer son activité le 25 décembre pour ne pas dépasser l’enveloppe des dépenses qui lui a été allouée pour 2019. Est-ce là l’objectif du Gouvernement ?

Paris, le 1er décembre 2019 - Les 4 syndicats de biologistes - SDB, SNMB, SLBC, SJBM - et l’APBM tirent de nouveau la sonnette d’alarme : rien n’est résolu pour l’avenir de la biologie médicale. La fin de l’année approche et aucun protocole d'accord pour la biologie n’a pour l’instant pu être signé. Aucun signe des pouvoirs publics n’est venu conforter leur volonté de préserver l’offre de soin de proximité ni les possibilités d’innovation en santé publique générées par les données biologiques des patients.

À partir des données communiquées par le Cofrac lors de la réunion du 7 juin 2019 en présence de tous les syndicats, son Directeur Général a affirmé qu’il n’aura pas les moyens de délivrer une accréditation à 100% des LBM privés et publics avant un délai qui est estimé entre 26 et 42 mois.

Une grève amplement suivie

Cette grève totale de 3 jours du 22 au 24 octobre faisait suite à notre fermeture partielle en septembre a été un succès total puisque plus de 93% des laboratoires de biologie étaient en grève. Certains d’entre eux, bien que grévistes, ont dû ouvrir tout ou partie de la journée, du fait qu’ils ont été réquisitionnés par certains Préfets à la demande des Agences régionales de santé (ARS). Un nombre important de ces réquisitions sont arrivées la veille au soir du premier jour de grève, entrainant à la fois des difficultés d’organisation au sein des laboratoires, et l’inutilité d’exercer un recours contre celles-ci du fait des délais pour obtenir un jugement. Toutefois, il a été possible de les faire annuler, pour une grande partie, lorsqu’elles sont arrivées plus de 48 heures avant le début de la grève.