Panier Vide

Vous avez jusqu'au 7 juin pour voter à l'élection des représentants des biologistes médicaux à la section G de l’Ordre des pharmaciens. N'attendez-plus, votez si cela n'est pas déjà fait !

L'élection à la section G a souvent été l’objet d’un fort taux d’abstention de la part des pharmaciens biologistes, qui peut être expliqué par l’impression de l’absence d’implication de cette institution dans le devenir de la biologie médicale. Il est justement temps que cela change !

Rappel des raisons pour lesquelles le SDB souhaite aujourd’hui vous alerter sur l’enjeu des élections de 2019.

C’est une première. Sous l’impulsion du Conseil National Professionnel de Biologie médicale, présidé par Jean-Louis Pons, représentant du SDB, un travail commun avec l’Ordre des Médecins et la section G de l’Ordre des Pharmaciens a abouti à un document de référence listant les 20 missions principales du biologiste médical. Il s’agit d’un socle à partir duquel la profession doit inventer son avenir. Le SDB soutient avec force cette démarche et mettra tout en œuvre pour que ces missions alimentent l’ensemble des textes et des négociations auxquels il participe.

Cela fait maintenant un an que le Règlement général sur la protection des données (RGPD), édicté dans le cadre de l’Union européenne, s’impose en France, comme dans l’ensemble des pays membres de l’Union européenne. Les professionnels de santé, qui manipulent des données personnelles sensibles, sont particulièrement concernés par le respect de ces règles européennes. Qui, en France, ont été complétées par des règles nationales. Rappel des éléments clés.

François Blanchecotte, président du SDB, a été reçu le 23 mai au cabinet de la ministre de la Santé pour parler de l’avenir de la profession. Une rencontre encourageante, marquée par une réelle volonté d’écoute et d’échanges. Le SDB a pris date et espère une prise en compte concrète des enjeux professionnels et de santé publique que doivent relever les biologistes médicaux dans les prochaines années.

Les élections européennes ont donc lieu ce dimanche 26 mai. Le danger est de se faire prendre par l’apathie de la campagne. Comme le montre une récente enquête de l’Union nationale des profession libérales (UNAPL), dont la commission des Affaires européennes et internationales est présidée par Français Blanchecotte, Président du SDB, les professionnels libéraux ont une attente forte vis-à-vis de l’Europe. C’est le cas aussi des professionnels libéraux allemands. Leurs deux organismes représentatifs, l’UNAPL et la Bundesverband der Freien Berufe (BFB - Union fédérale des professions libérales allemandes) ont donc conçu ensemble un manifeste commun UNAPL/BFB à l’adresse des candidats aux élections européennes. Lisez-le avant de voter dimanche, cela pourra peut-être éclairer votre choix. 

Le SDB a été reçu une seconde fois par le cabinet du Premier ministre le mercredi 15 mai à propos des intentions du Gouvernement sur la déréglementation de la biologie médicale. Derrière la reprise des propositions de l’Autorité de la concurrence se cache un leitmotiv : réussir à financer les tests innovants dans une enveloppe financière identique à aujourd’hui. Avec une formule magique : la déréglementation du secteur. Du côté du gouvernement, la négociation de l’accord triennal avec l’Assurance maladie a donc déjà bel et bien commencé. D’une bien inquiétante manière. 

L’Autorité de la concurrence vient de rendre public le 4 avril 2019 son rapport définitif sur l’enquête sectorielle menée sur la biologie médicale en 2018. Le SDB réagit vivement contre l’esprit de ce rapport et les propositions faites. Il s’agit ni plus ni moins d’appuyer sur l’accélérateur de l’industrialisation et de la financiarisation de la biologie médicale française en supprimant les dernières règles prudentielles garantes d’une biologie indépendante et de proximité.

Le juge des référés du tribunal administratif de Paris a décidé, le 1er avril 2019, d’annuler la procédure de passation du marché de renouvellement du programme de dépistage du cancer colorectal. La Cnam dit prendre les mesures permettant d’assurer la continuité de la campagne auprès des patientes.

Dans un rapport rendu public le 28 mars, Santé publique France dévoile les nouveaux chiffres de la surveillance de l’activité du dépistage du VIH en France. 5,6 millions de sérologies VIH ont été réalisées par les laboratoires de biologie médicale en 2017.