Panier Vide

Depuis le 15 décembre 2020, un mécanisme tarifaire d’incitation au rendu rapide des tests RT-PCR est en place. En ce mois d’avril, c’est l’heure des premiers comptes.

Jusqu’en juillet 2020, le dépistage du cancer du col de l’utérus était effectué via une analyse cytologique du frottis cervico-utérin destinée à détecter d’éventuelles lésions. Le test HPV n’était prescrit qu’en cas de frottis ASC-US positif ou de lésions de bas grade. Depuis cette date et désormais, un nouvel algorithme de dépistage, sous forme de test HPV en initial et en routine, s’applique pour les femmes de plus de trente ans. Explications avec le Pr Charlotte Charpentier, virologue au CHU de l’Hôpital Bichat (AP-HP), lors de l’émission Bio-M diffusée sur la chaîne du SDB en mars dernier.

L’Agence du numérique en santé, le ministère, l’Assurance maladie et Sesam-vital viennent de dévoiler le nouveau nom et le nouveau logo de l’INS, anciennement Identifiant national de santé. L’INS est donc dorénavant l’Identité nationale de santé et se pare d’un slogan en écriture inclusive : « Bien identifié.e, bien soigné.e ».

Comment fonctionnent les tests antigéniques ? Dans quels cas peut-on les utiliser ? En quoi sont-ils différents des tests RT-PCR et RT-LAMP ? À qui s’adressent-ils ? Savez-vous qu’ils nécessitent un prélèvement nasopharyngé ? Le troisième épisode de la série « Les Questions d’Emilie » fait le point, de manière claire et pédagogique pour les patients sur les tests antigéniques !

Comme nous vous en informions dans notre newsletter du 26 mars, l’arrêté sur les baisses de nomenclature, initialement prévues en avril 2020 (lire l’article sur sdbio.fr), a été publié au Journal officiel du 1er avril.

Après l’avis de la HAS du 26 mars (voir l’article sur www.sdbio.eu), le décret autorisant de nouveaux professionnels de santé à vacciner a été publié le samedi 27 mars.

Conformément à l’avis de la HAS, les biologistes médicaux, pharmaciens d’origine*, sont désormais autorisés à prescrire et à administrer le vaccin contre la Covid… mais uniquement en centre de vaccination.

Le SDB rappelle que les biologistes médicaux ont la compétence et la capacité d’être un appui bien plus décisif dans la mobilisation pour la vaccination.

La bonne nouvelle, c’est que la Haute autorité de santé (HAS), sollicitée par le Gouvernement, ouvre la porte à la vaccination à de nouveaux professionnels de santé via un avis concernant un projet de décret d'urgence sanitaire « permettant d'autoriser de nouvelles catégories de professionnels de santé à participer à la campagne de vaccination ». Les « pharmaciens exerçant dans un laboratoire d'analyse de biologie médicale » font partie de ceux qui, pour la HAS pourraient à la fois prescrire et administrer… mais uniquement en centre de vaccination !

Détail plus que navrant, ni le ministère, auteur du décret, ni la HAS ne connaissent la profession de biologiste médical en tant que telle, pourtant reconnue depuis l’ordonnance de 2010, et ne savent toujours pas que depuis 10 ans on ne dit plus « laboratoire d'analyse de biologie médicale » mais « laboratoire de biologie médicale ».

Dépistage HPV avec le Pr Charpentier, la vaccination avec le Pr Fischer et l'actu de la bio avec le Dr Blanchecotte : le replay est disponible, regardez-le quand vous le voulez !

Pour information, vous trouverez ci-dessous la fiche de transmission entre les laboratoires, les services de l’Education nationale et les ARS créée dans le cadre de la campagne de dépistage salivaire en milieu scolaire.