Panier Vide

Communiqués de Presse (76)

Contact presse : LauMa communication Laurent Mignon 

Tél : 01 73 03 05 20

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les récents événements survenus en France ont conduit l'UNAPL à revoir son mode d'action contre la loi Macron. La manifestation prévue le 22 janvier contre le projet de loi Macron pour la croissance et l'activité est remplacée par une journée d'actions forte et unitaire des libéraux, le même jour. Le SDB, membre de l'UNAPL, soutient cette décision responsable et digne et appelle les biologistes médicaux à se mobiliser lors de cette journée. « Il est important de rester mobilisés contre le projet de loi Macron, insiste le Président du SDB François Blanchecotte. S'il ne touche pas directement les professions de santé, ce texte prépare le terrain à des mesures destructrices pour l'exercice libéral. C'est pourquoi notre syndicat est totalement solidaire de l'appel à l'action lancé par l'UNAPL et demande aux biologistes médicaux de ne pas baisser la garde et de faire leur possible pour apporter leur contribution aux nouvelles formes d'actions annoncées. » 

Un projet de décret fixant au 30 avril 2015 la date limite de dépôt, auprès du Cofrac, du dossier de demande d'accréditation de 50 % de l'activité des LBM (obligatoire à compte du 1er novembre 2016) a circulé fin 2014. Le SDB a prévenu le ministère de la Santé qu'il attaquerait ce texte s'il était publié en l'état. Le Syndicat a proposé que la date limite de dépôt du dossier soit fixée au 1er janvier 2016. Cette proposition n'a pas été retenue mais le décret n'a pas encore été publié à ce jour.
Pourtant, depuis quelques semaines déjà, la Direction générale de la Santé (DGS) et le Cofrac communiquent sur un calendrier en trois temps : 30 avril 2015, date limite de dépôt du dossier de demande d'accréditation de 50 % de l'activité ; 31 juillet 2015,  date limite de dépôt du dossier technique complémentaire ; 1er novembre 2015, premiers audits d'évaluation par le Cofrac. Le SDB dénonce cette communication précipitée qui n'a aucune base légale.

Les médecins sont appelés à fermer leur cabinet du 24 au 31 décembre prochains tandis que la Fédération de l''hospitalisation privée (FHP) appelle à un mouvement illimité de cessation d''activité dans les cliniques et les hôpitaux privés à compter du 5 janvier 2015. Alors que l'examen du projet de Loi de santé au Parlement vient d'être repoussé de janvier à avril et que la ministre de la Santé a annoncé la constitution d'un groupe de travail avec les médecins sur le tiers payant, le SDB demande que soit instaurée une démarche de dialogue plus large : « Nous appelons la ministre à ouvrir un dialogue avec l'ensemble des professionnels de santé libéraux au-delà du seul sujet du tiers payant, déclare François Blanchecotte, Président du SDB. Nous serons indispensables et précieux pour la réussite de l''objectif ambitieux de la ministre de faire prendre au système français le virage de la prévention. Or, aujourd'hui, les conditions de cette réussite ne sont pas réunies. »

Le SDB souhaite la bienvenue à Nicolas Revel, nouveau directeur de l'Assurance maladie et espère travailler avec lui de façon constructive, dans l'intérêt général. Dans ce cadre, le SDB demande au nouveau directeur général de l'Assurance maladie d'inscrire la création du Dossier Médical Biologique (DMB) comme une de ses priorités dans le domaine de la biologie médicale. “Le SDB travaille sur la mise en place de ce dossier depuis plusieurs mois, explique François Blanchecotte, Président du SDB. Nos interlocuteurs du ministère de la Santé sont favorables au lancement de ce DMB qui a vocation à devenir l'une des briques du futur dossier médical partagé dont l'Assurance maladie doit devenir le maître d'œuvre. Nous attendons maintenant l'aide du nouveau directeur de l'Assurance maladie pour passer à l'acte sur ce dossier essentiel pour notre profession”.

Paris, le 16 septembre 2014 - Particulièrement touchés par le projet de loi « croissance et pouvoir d'achat », les biologistes médicaux libéraux joueront l''action unitaire et solidaire avec les autres professions libérales. à ce titre, le SDB appelle les biologistes médicaux à suivre massivement la journée morte « Sans professions libérales » du 30 septembre prochain lancée par l''Unapl (Union nationale des professions libérales). Le SDB demande aux biologistes médicaux de fermer leurs laboratoires ce jour-là, quitte à ce que les nombreux laboratoires qui assurent les examens pour les cliniques se fassent réquisitionner par les ARS (Agences régionales de santé). 

Il est hors de question pour les biologistes médicaux de se voir basculer dans le secteur des services au risque de faire perdre à leurs patients les garanties que leur apporte aujourd'hui leur statut de professionnels de santé.

Marseille, le 11 septembre 2014 – Suite au rapport IGF (Inspection générale des finances) sur les professions réglementées et les intentions de dérégulation totale annoncées cet été par le ministère de l'économie, le Syndicat des Biologistes (SDB) a récemment riposté dans un contre-rapport adressé au ministère le 25 août dernier. Pour François Blanchecotte et l'ensemble des membres du bureau du SDB, ce rapport puis, depuis 2 jours, la circulation de l'ébauche de texte sur la dérèglementation constituent une véritable bombe à retardement. « Il est urgent que le nouveau Gouvernement reprenne ses esprits à propos de la biologie médicale », s'indigne la profession.

Paris, le 26 mai 2014. Suite au rapport de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) publié fin avril, les professionnels de santé sont toujours dans l'attente d'une annonce du Gouvernement sur les modifications qu'il entend apporter au dispositif de Développement professionnel continu (DPC). Le SDB (syndicat des biologistes) redemande la prise en compte de la profession de biologiste médical, reconnue par la loi mais ignorée par le DPC, et le financement du DPC pour tous les biologistes afin de maintenir leur haut niveau de compétence, essentiel à la bonne prise en charge des patients.

Paris, le 21 février 2014 - Le SDB (le syndicat de tous les biologistes libéraux), le SLBC et le SJBM sont très inquiets de la tournure que prend le sauve-qui-peut de certains biologistes médicaux hospitaliers face aux échéances du calendrier d''accréditation. Si leurs difficultés et leur manque de moyens pour respecter les échéances peuvent se comprendre, les demandes d'exception réclamées par certains pour leur propre compte sont plus qu'étonnantes. D''une part, ces demandes portent atteinte à l'égalité de traitement de tous les laboratoires à laquelle le SDB, le SLBC et le SJBM sont très attachés. D''autre part, ces biologistes font des propositions qui, si elles étaient acceptées, mettraient en cause le fondement même de notre exercice médical, à savoir la validation du résultat par un biologiste médical qui engage sa responsabilité personnelle sur l'ensemble de l''examen de biologie médicale.