Panier Vide

03 avril 2013

Grève des jeunes biologistes le 8 avril

Le Syndicat des Biologistes soutient la grève des jeunes biologistes et leur appel à manifester le 8 avril

Paris, le 3 avril 2013 - Le texte de réforme de la biologie médicale adopté par l''Assemblée nationale le 25 mars est particulièrement critiquable sur les articles touchant directement les jeunes biologistes. Une situation qui augure mal de l'avenir de la profession !

Les biologistes médicaux qui arrivent aujourd'hui dans la profession ne disposent pas des outils et des possibilités d'entrer dans le processus qui doit faire d'eux, demain, les patrons des laboratoires de biologie médicale. En raison de mesures ou d'insuffisances de la proposition de loi portant réforme de la biologie médicale votée le 25 mars par l'Assemblée nationale et afin de peser sur la commission mixte paritaire qui doit réunir députés et sénateurs le 10 avril, la FNSIP (Fédération nationale des syndicats d'internes en pharmacie) et le SJBM (Syndicat des Jeunes Biologistes médicaux) ont appelé les internes à une grève des gardes et astreintes à partir du 2 avril et pour une durée illimitée. Ils organisent également une manifestation nationale le 8 avril.

Deux initiatives que le SDB soutient et appuie, les raisons les justifiant touchant à l’avenir de l’ensemble de la profession. “Ce qui nuit aux jeunes biologistes médicaux pénalise tous les biologistes”, affirme François Blanchecotte, président du SDB. “L’avenir de la profession passe par nos jeunes confrères actuellement en formation. Il est de notre devoir et de notre intérêt de les soutenir.”

à l’instar du SDB, la FNSIP et le SJBM défendent une biologie médicale libérale indépendante et de proximité, au service du patient.

Le SDB partage en particulier leur inquiétude concernant :
- La rédaction de l’article 6 qui autorise les nominations dans les CHU de non titulaire de DES de biologie médicale à des postes de biologistes médicaux.
- La rédaction de l’article 8 qui ne répond pas à l’objectif de la loi de lutte contre la financiarisation, un mouvement qui ne leur offre comme perspective que le statut de salarié d’une chaîne de laboratoire.
- Le manque d’encadrement des contrats ultraminoritaires, ce qui rend très problématique l’entrée des jeunes biologistes au capital des laboratoires.

Le SDB se joint aux deux organisations pour appeler députés, sénateurs et gouvernement à entendre les craintes et les demandes des jeunes biologistes médicaux, et ce dans l’intérêt de l’avenir d’une spécialité médicale stratégique pour la bonne prise en charge future des patients.

Dernière modification le jeudi, 23 juillet 2015